L'enfance difficile de Marlon Brando

img003 - Copie

 


Marlon Brando Junior n'aimait pas se plaindre et qu'on le plaigne. Dans son autobiographie, il avait dit: "Je garde malgré tout beaucoup de très bons souvenirs de mon enfance. Je ne voudrais pas noircir le tableau: non ma jeunesse n'a pas été non plus une vague étendue de malheurs et de tristesse. Mais je ne connaissais pas la moindre sécurité affective."

Brando l'avoue donc, son enfance n'a pas été rose. Il a souffert, mais à cause de quoi, de qui?

Cette personne porte le même nom que lui: Marlon Brando. Mais il y a une autre personne aussi qui l'a traumatisé: sa mère. Dorothy Pennebaker.

Marlon Brando Père est né en 1895,  fils de Marie Holloway et Eugene Brando, mariés deux ans plus tôt. Ce dernier est d'origine alsacienne et son nom s'écrivait jadis BRANDEAU. Le père de Marlon va alors connaître une jeunesse bien malheureuse: sa mère l'abandonne quand il a seulement 4 ans, et son père s'en occupera trop peu, le confiant à ses tantes, deux vieilles filles plutôt austères. Ces abandons vont marquer à jamais le jeune garçon, et il reproduira les mêmes choses à ses enfants... Brando écrira dans son autobiographie que son père avait beaucoup de mal à faire confiance aux femmes, après ce que sa propre mère lui a fait. Il fréquente l'école militaire de Shattuck, et était un brillant élève. Il rêve de réussite sociale. Il obtient son diplôme à Omaha l'année suivante et c'est à cette période qu'il va recontrer celle qui sera la femme de sa vie, et la mère de ses trois enfants, Dorothy.

Dorothy Pennebaker ("Dodie") est, quant à elle, née le 20 janvier 1897 à Grand Island. Elle perd son père, William John Pennebaker, qui travaille dans une banque, deux ans plus tard, en 1899, ce qui la marqua profondément. Sa mère s'appelle Bessie Gahan, née en 1876 et Dorothy ne vit pas beaucoup sa mère, qui travaille énormément. En 1905, elle épouse Frank Myers, un riche homme, et ils auront une fille, Betty et un garçon, qui décèdera enfant. Bessy est une mère excentrique, enjouée, qui fume, qui ne se soucie guère des bonnes manières, et se dispute souvent avec son mari pour ces raisons. Elle s'intéresse aussi à la religion de la Christian Science.

Dorothy semble avoir hériter du caractère de sa mère, car elle lui ressemble, elle est sociable, aime sortir, trop franche peut-être, et les gens l'apprécient, bien qu'ils la trouvent étrange. Elle sort avec des garçons, et avec son coeur d'artichaut, se fiance plus d'une fois;  et elle rencontre Marlon, qui vient de quitter son école militaire. Il a dix-sept ans, et elle le trouve irrésistible. Marlon aime son côté bohême, sa beauté et le fait que son beau père ait réussi dans la vie. Elle fait des études de médecine pour être infirmière, mais chaque soir, elle s'enfuit de l'université et elle est renvoyée pour cette raison.

Marlon veut s'engager dans l'armée. Il lui écrit tout le temps, pendant ce temps là Dorothy flirte avec d'autres garçons. Elle est si exubérante! Mais quand il est muté sur la côte Est, elle décide de le rejoindre car elle a cette peur de ne plus le revoir. A seulement 21 ans, elle l'épouse, le 22 juin 1918. La première guerre mondiale se termine quelques mois plus tard, et les deux jeunes époux décident de s'installer à San Francisco.

Marlon a suivi des études d'ingénieurie à l'armée, et il obtient un emploi à la nouvelle compagnie du téléphone; Dodie découvre au même moment qu'elle attend un enfant. Au cinquième mois de grossesse, elle faillit perdre la vie, car une chamière explose, et les médecins conseillent Dodie d'avorter, car le bébé se présente mal. Mais elle refuse et est persuadée que tout ira bien et elle a raison, Joclyn naît, le 18 novembre 1919, cependant très fragile. Elle aurait préféré avoir un garçon; elle devra attendre sa troisième grossesse, car elle aura une seconde fille à sa deuxième, Frances, née le 22 septembre 1922.

 

 

img067

Le fils qu'elle désirait tant, destiné à être pour la plupart des cinéphiles le plus grand acteur de tous les temps, vient au monde le 3 avril 1924, un peu avant minuit, à Omaha. Le jeune couple y était en effet retourné après la naissance de Joclyn et Marlon Sr a trouvé un emploi comme représentant dans la Western Limestone Products Company. Cependant, ils déménagent en 1926, un peu plus loin, au 1026, 32ème rue.

 

 

Les premiers souvenirs de Marlon touchent surtout à l'indifférence de son père, qui le maltraite psychologiquement, et a des crises de colère effrayantes. "Je l'aimais et je le haissais en même temps;il ne réalisait pas à quel point il me faisait du mal. Ca lui plaisait de me dire que je n'étais et ne serai qu'un bon à rien."

Il se souvient aussi de sa mère, qui ne buvait alors pas encore excessivement. Elle lui faisait la lecture et lui chantait des chansons, et sûrement pour lui faire plaisir, le petit Marlon les mémorisait, d'où le titre de son autobiographie, "Les Chansons que m'apprenait ma mère", écrite soixante ans plus tard. Les rares moments de complicité familiale dont il se souvient sont ceux où sa mère jouait du piano et que Marlon et ses soeurs la rejoingnaient pour chanter. Dodie lui apprend aussi l'amour de la nature, et des animaux.

img068img062

Ses parents boivent, malgré la Prohibition, surtout Dodie qui souvent ne rentre pas à la maison tous les soirs, mais deux, trois jours plus tard. Serait-ce parce qu'elle aurait voulu être actrice? Elle aime tellement le théâtre, et est d'ailleurs inscrite au Omaha Playhouse, avec qui elle joue aux côtés de Henry Fonda et de sa soeur. Mais surtout, son mari ne cesse de la tromper. Parfois, il la frappe, sous les yeux de Marlon et ses soeurs. Dodie sombre de plus en plus dans l'alcool, et Marlon est un enfant négligé, solitaire et sauvage.

Ermi


Le couple engage alors une gouvernante pour les enfants, Irmalene, dite "Ermi". C'est une jeune danoise de 18 ans, les cheveux aussi noirs que ses yeux, qui louchent un peu. Marlon a trois ou quatre ans. Il voit en elle une mère de substitution, et elle semble sentir l'angoisse du petit Marlon, car elle s'occupe de lui comme une véritable mère, plus qu'une baby sitter. Ils jouent ensemble la journée, lui donne beaucoup d'affection, et dorment ensemble la nuit, comme s'il était son fils. Marlon se sent choyé, protégé, aimé. Il est même amoureux de cette jeune femme.

img061 - Copie - Copieimg072img063Marlon jouant au cow boy.

Mais ces années d'adoption vont s'arrêter brusquement. Ermi avait un amoureux, Wally. "J'avais sept ans, je jouais près d'une rivière, quand je les ai vus, Ermi et ce jeune homme, qui s'embrassaient dans une voiture; j'étais stupéfait, mais je n'avais pas compris que ce que j'avais vu présageait la catastrophe qui allait arriver. Ermi s'en alla, soit disant pour quelques semaines, en voyage, avec la promesse de revenir bientôt. J'étais anéanti, elle est revenue, mais vingt ans plus tard."

"La nuit où je compris qu'elle était partie pour toujours, je levai les yeux au ciel, avec tous ces nuages; je sentais mes rêves mourir. Je l'avais perdue. Je l'avais attendue, attendue, et je comprenais qu'elle ne reviendrais jamais. La personne la plus importante pour moi m'avait déjà laissé pour la bouteille, maintenant c'était Ermi qui partait. Toute ma vie j'allais reproduire ce schéma avec les femmes. C'est à partir de ce jour là que je me suis retiré du monde."

"Que je me suis retiré du monde." Une phrase horrible pour un petit enfant, une phrase horrible pour n'importe qui. Le départ de Ermi le marquera toute sa vie. Marlon est si bouleversé, il a perdu celle qui remplaçait sa mère absente, et son comportement devient agressif: il tire des oiseaux, brûle des insectes, abîme des voitures, à l'école il est déjà rebelle et n'accepte aucune forme d'autorité, et en plus il souffre de dyslexie. Cela le conforte encore plus dans cette croyance qu'il est un bon à rien, car à cette époque, la dyslexie est très mal connue. Il se met aussi à bégayer et les séances d'orthophonie n'ont guère de succès.

img079 - CopieJoclyn, Frances et Marlon, le plus fragile des trois. Il a 6 ans.

img020

Un an avant le départ de Ermi, quand il a alors six ans, sa famille quitte Omaha pour Evanston, dans l'Illionois, près de Chicago. Son père fonde sa propre société, la Calcium Carbonate Corporation.

 

img069

Marlon se retrouve complètement livré à lui-même. Il est complice avec ses soeurs heureusement, elles aussi souffrent de cette ambiance familiale. Les gens trouvent la famille Brando étrange, anti conventionnelle. Malgré ça, Marlon passe souvent ses journées chez des voisins, qui le décrivent comme un petit enfant sage, silencieux, gentil et triste.

Mais comme ce ne sont pas les voisins qui s'occupent de lui, c'est Joclyn (dite "Teddy") qui prend soin de lui, et de "Frannie". (Frances, et Marlon se fait appelé "Bud", le père, "Pope".) "Elle s'arrangeait toujours à ce que j'ai de quoi manger, des vêtements propres, c'était elle, le ciment de la famille. C'était elle aussi qui essayait de mettre de l'ordre dans la maison."

 

Marlon change, et l'année suivante, il se met à être un enfant doux et serviable. "Dans ma tête, j'étais devenu le protecteur des plusimg070

 

faibles." Il se met à receuillir les oiseaux et autres animaux blessés pour les apporter à un vétérinaire, une fois, il découvre une femme évanouie. Il la met sur son vélo et alors que ses parents prennent le soleil tranquillement sur leur véranda, Bud leur demande de l'aide, ils se lèvent voyant qu'il est sincère, et il se trouve qu'en fait elle était saoule. Quand il deviendra plus âgé, il sortait toujours avec les filles les moins jolies car cela l'attristait qu'elles soient sans petit ami.

Quand il a onze ans, ses parents se séparent. Lui, sa mère et ses soeurs vont en Californie, rejoindre sa grand-mère, surnomée "Nana" ou "Bess". Marlon se souvient que sa mère se mit à boire plus que jamais.

Deux ans plus tard, les parents de Marlon se reconcilent. Ils revienent dans l'Illionois. Elle se remit à boire, et parfois c'est une connaissance du bar qui la ramène à la maison, parfois c'est la police qui demande qu'on vienne la prendre. Mais la plupart du temps, ce sont Marlon, ses soeurs, et parfois son père qui se mettent à sa recherche.

A quatorze ans, son père la ramène à la maison et la bat violement. Furieux, il court vers leur chambre et lui hurle: "Si tu la touche encore, je te tue!!" Lepère de Brando semble appeuré, impressioné et la laisse tranquille. Selon Peter Manso, la scène est différente: Marlon aurait pris le psitolet familial dans le bureau de son père et l'aurait pointé devant lui et le menaçant de le tuer si il la violente encore. Je pense qu'il vaut mieux porter du crédit à Marlon, plutôt qu'à Manso, qui n'a pour source qu'une confidence d'un homme, qui n'y était pas (!) et qui affirme que Brando aurait raconté cette version là de cette scène à son psy. Manson affirme également que Dodie et Ermi ont abusé de Marlon, et il n'a pour source que les confidences d'un homme qui a connu Marlon adolescent et qui selon lui, avait des comportement sexuels avec les filles précoces. Qu'est-ce qui ne faut pas raconter! Le fait que Marlon ne mentionne aucun abus sexuel ne veut certes rien dire, mais il est fort improbable que Dodie ait pu faire subir de telles choses à son fils, et Ermi ne l'a pas touché non plus: Brando explique que la nuit, ils dormaient nus tous les deux, mais il ne faut pas oublier que la culture danoise, la nudité n'a rien de honteux, et les parents se montrent nus devant leurs enfants pour qu'ils n'aient pas de problèmes avec la nudité plus tard; les Tahitiens aussi sont ainsi, dans le livre de Tarita, il y a un passage où elle se baigne nue avec son fils Teihotu, âgé de quelques années seulement, avec ses parents. Je ferme la parenthèse.

la suite plus tard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(la suite plus tard)